• Go to Home
  • +33 6 47 81 91 20
  • contact@fausi.org
Fabien Lampert , membre de l'ONG française FAUSI, raconte à Michelène Joassaint le sauvetage de sa fille Elizabeth, le 20/01/2010. Retrouvée la veille après une semaine sous les décombres du séisme, le bébé de moins d'un mois récupère bien à l'hôpital St Michel de Jacmel (Haiti).

Tremblement de terre en Haïti

Il est 16 h 56 heure locale, le mardi 12 janvier 2010 (21 h 53 GMT, 22 h 53 en France) La terre a violemment tremblé en Haïti.
Le séisme de magnitude 7,1 à 7,3 sur l’échelle ouverte de Richter est qualifié de «majeur ».
Son épicentre se situe à une vingtaine de kilomètres au Sud Ouest de la capitale, Port au Prince. De nombreuses répliques ont suivi, dont deux de magnitudes respectives 6,2 et 5,9.
Ce séisme se situe à une relativement faible profondeur (entre 10 et 13 km) de profondeur.

Il est dû au mouvement des plaques caraïbes et Nord américaines de la croûte terrestre, au niveau de la faille d’Enriquillo qui passe à seulement 5 kilomètres au sud de la capitale de Port-au-Prince.Cette faille tolère un mouvement de 7 mm/an le dernier séisme majeur ayant eut lieu en 1770, elle avait donc accumulé un déficit de mouvement total d’environ 1,8 mètres (7 mm/an pendant 240 ans).
Les estimations prévoyaient que si ce déficit était rattrapé par un séisme, cela correspondrait à un événement de magnitude de l’ordre de 7.2. La cassure du séisme elle-même serait située très près de la capitale, atteignant probablement localement la surface. On suppose actuellement que cette rupture a environ 70 km de long avec un glissement de 1 à 2 m en moyenne ce
qui ne représente que moins d’un tiers de la longueur de cette faille. Ce qui laisse malheureusement présager d’autres séismes majeurs sur cette zone .

Le groupe FAUSI reçoit les informations concernant un séisme majeur en Haïti le 12 janvier 2010 à 23h15. Au vue des premières informations et compte tenu de la violence du séisme, il est lancé une pré-alerte.
Le 13 à 10 heures, une équipe de 12 personnes est constituée, les objectifs principaux seront:
• Recherche et localisation de personnes ensevelies.
• Évacuations de personnes et premiers soins
• Mettre en place un PMA

Après un long déplacement, notre arrivée sur Jacmel avec 5 autres ONG permet un apport conséquent de moyens de secours.
Nous décidons de mettre en commun nos efforts et moyens, et de travailler ensemble sur différents chantiers.
Durant les jours passés sur place cette fédération d’ONG, composée d’environ 70 secouristes, 6 médecins, 6 infirmiers/ aides-soignants et sages-femme,Bénéficiant de deux unités USAR (FAUSI/CMS), trois unités de soins PMA (DASUD62, AAIP et PUI) et SAR va travailler.

Nos efforts seront récompensés le 19 janvier. Sur le chantier ou nous sommes affecté ce jour, après 3h00 de travail acharné, nous sortons vivant un bébé de 21 jours, resté 7 jours dans les ruines de sa maison familiale. Cette petite souffre d’une importante déshydratation, mais occupe blessure. Elle retrouvera rapidement sa maman qui se trouve à l’hôpital de Jacmel.

Grâce à cela notre mission est une réussite !